Trail des Coursières

Rate this item
(0 votes)

2015coursieres
Sur les chemins (très) accidentés des Monts du Lyonnais
 

Il est 11h30 passé depuis quelques minutes, les coureurs du trail du 47km partis des pinasses à Saint Symphorien/Coise ont effectué environ 1km lorsqu’un crac déchire la concentration du peloton. Je dirai même un « crac boum ». Manu vient de chuter sur des sentiers qu’il connait parfaitement. Il a senti que sa cheville gauche avait vrillé tandis que la droite a carrément craqué. En bon sportif très lucide (surtout lorsque nous avons un dossard dans le dos), il décide de continuer son périple pour faire sa partie de relais et taper dans la main de Z, 23km plus loin à Ste Catherine. Le tout sur des sentiers tantôt boue, tantôt cailloux, qui montent et qui descendent sans cesse. La douleur est vive mais gérable dans les montées mais lorsqu’il attaque la descente en direction de La Mûre, c’est intenable (aussi bien dans les appuis que dans la douleur). Il se résigne donc à mettre le clignotant après 11km d’une galère qui n’aurait pas dû en être une. Il rencontre la mère d’Andy qui lui porte assistance et permet d’informer Z de cet abandon. JP et Nanou le descendent à Lyon pour des examens radiologiques. Bilan : grosse entorse à droite avec pause d’une attelle et entorse plus légère à gauche « seulement » strappée. Pour Manu, la saison de trail qui avait du mal à débuter, s’arrête de nouveau brutalement. Mais le moral est bon, bien conscient de la très légère gravité de ce genre de blessure (En gros, y’a plus grave !). Mais avec Pierrick également sur le flanc, le B2T paye un lourd tribut en ce début de mois de mai. Heureusement la saison est encore longue.

Et Z ? Qu’est ce qu’on fait maintenant ? on renfile le survêtement et on rentre prendre la douche à la maison ? que nenni, pour la beauté du sport et de l’effort, l’ami Z emboite le pas d’Andy (engagé sur 47km solo) lors de son passage à Ste Catherine, pour faire sa partie du relais. Difficile de se mettre dans la course. De plus il fait chaud, les organismes ne sont pas habitués à ces premières chaleurs et Z aura un peu du mal à garder le rythme sur la fin du parcours. Mais il n’est pas le seul. Andy, quant à lui, évoque un gros serrage de moteur pour illustrer sa rétrogradation de la 4ème à la 14ème place sur les 8 derniers kilomètres. Mais pour une première expérience sur une longue distance, l’ensemble de sa course reste très prometteur (Même si ces premières paroles à l’arrivée ont été : j’arrête le trail… je suis sûr qu’aujourd’hui il n’a qu’une envie : remettre un dossard !). Bref tout le monde est bien marqué et entamé à l’arrivée à St Martin. Z se rend d’ailleurs compte que toutes ses affaires sont restées dans la voiture à Ste Catherine. Celle-là même que Manu aurait dû ramener à St Martin après son relais. Je me fais une joie de lui prêter un tee shirt B2T (le vert, celui qu’on voit même dans le brouillard) ainsi qu’une paire de chaussettes pour qu’il puisse s’habiller un minimum après la douche salutaire. Et comme il commence à avoir les crocs (et attention un Z qui a les crocs, ça fait peur à voir) je lui fais don de mon ticket repas…. Et puis non, finalement on ne va pas dire que c’est un don mais plutôt un prêt qu’il pourra me rendre par une bonne bouffe un de ces jours ;-).

De mon côté, le début de matinée fut un peu « speed ». Heureusement que la course était à 11h30. J’ai attrapé in extremis la dernière navette qui descendait les coureurs de St Martin à St Symphorien. Arrivé aux pinasses je retrouve Manu, Yves, Joëlle, Z ainsi que beaucoup de connaissance, notamment parmi les organisateurs. C’est toujours super sympa comme ambiance. Le temps de s’échauffer un peu, de voir passer les 3 premiers du parcours de 102km et il est l’heure de se mettre sur la ligne de départ. Au moment de partir, je vois mon cousin Guillaume sur le bord de la route. Je ne savais pas qu’il était là (et lui ne savait pas non plus que j’étais là, il était venu voir un pote). Petite tape dans la main et c’est parti pour 4h d’effort. Malgré la présence des relais, ça ne part pas très vite. Tant mieux, mon statut de vétéran ne me permet plus de partir à bloc. Je me place donc dans les premières places et nous sommes 4 à nous détacher. 2 relais et un autre solo. On papote un peu avec le solo, Yoan Dercourt. Je connais son nom car il est de la région de Grenoble et on a des potes en commun qui m’ont déjà parlé de lui. Il me dit que la réciproque est également valable. Bref, les kilomètres défilent. Les 2 relais ont lâchés prises et on continue à 2 notre périple. Yoan est plus à l’aise que moi en montée et j’assure le tempo en descente. Sur le plat on court côte à côte et on papote pas mal. Le rythme est bon sans être trop soutenu. Je sens qu’il est bien mais prudent car c’est sa première longue distance de l’année. On rattrape les 3 premiers du 102km et c’est donc en tête que nous arrivons à St Catherine (à mi course environ). Là, très grosse ambiance ! Nanou, JP, Yves, Jordane et bien d’autres membres de l’organisation, jamais avares en encouragement, sont là pour donner de la voix. Après cette euphorie, retour au calme dans les sentiers feutrés. J’explique quand même à Yoan pourquoi je cours un peu à domicile aujourd’hui. Voilà maintenant bientôt 30km qu’on court ensemble et même si le rythme n’est pas super élevé, je sens des signes un peu précoces de fatigue. Au sommet d’une bosse, Yoan prend quelques mètres d’avance et je n’arrive même pas à combler le trou dans la descente qui suit. Il s’éloigne, je ne le reverrai plus. Le moral chute forcément et les jambes sont vraiment mal en point. Il commence à faire chaud et je n’ai presque plus d’eau. C’est dans ces moments-là que la tête doit prendre le relais pour continuer de positiver. Elle est bien aidée, avec l’arrivée du dernier ravito où Joëlle et Yves sont présents. Ca me fait du bien. Je prends le temps de remplir les réserves d’eau. J’ai 4min de retard sur Yoan. En si peu de temps, c’est rude. Le plus dur reste à faire avec la montée jusqu’au signal, dans les bois, droit dans la pente. C’est raide mais on est au frais. La fin du parcours correspond à celle du trail hivernal. J’ai donc mes repères et ça me permet de gérer. Les sensations reviennent doucement. Je vais donc pouvoir finir la course proprement. A l’arrivée à St Martin, ma mère est là pour m’encourager ainsi que mes cousins Guillaume et Simon. Que des bonnes surprises. Sur la ligne Yves et Joëlle me félicitent chaleureusement après 4h13 de course. Eux aussi ont sacrément bien assuré, car je les ai vus un peu de partout et ils contribuent magnifiquement à l’organisation sans faille de cette épreuve. J’apprends la mauvaise nouvelle pour Manu… J’essaye de profiter de tout ce petit monde mais il faut quand même que je m’allonge 5min pour retrouver un peu mes esprits. La chaleur conjuguée à la longueur de l’effort et d’être allé puiser pour bien finir, me procurent des petites sensations désagréables mais qui s’estomperont vite. Le temps de prendre une douche, de papoter encore avec des coureurs, des amis, des cousins, des tontons et tatans, ma maman, de recevoir un SMS de Pierrick… bref tout ça passe vite et j’ai hâte de retrouver la petite famille.

La remise des prix a lieu le lendemain à 11h30. Nath et les enfants sont partants pour aller dans les Monts de Lyonnais, donc la journée se fera au bon air entre St Martin et le clos de St Sym où nous passerons une bonne partie de l’après midi en compagnie de Grand Mamie, Manu, cheville attelée, puis La Gloune, Marion et Romain de retour de week end.

Petit break trail désormais pour retourner à mes premières amours, le triathlon. Est-ce que ça va ma plaire autant ??? réponse le 31 mai à St Remy sur Durolles, sur un format longue distance !

Commentaires  

#4 Max 26-05-2015 19:36
Merci aux photographes pour ces clichés qui rappellent des bons souvenirs. @ Z: Partant pour une training session sur les sentiers pomeyères en guise d'apéro d'un repas convivial. A programmer ! @ Yoan: Le fait de jouer à domicile n'était pas suffisant, tu étais trop fort pour moi. En espérant quand même te croiser de nouveau sur une course (même si ça me fait perdre une place d'office) et pourquoi pas sur des sorties d'entrainement.
Citer
#3 VIVY 26-05-2015 12:24
Ce Max, il sait courir, il sait écrire et il sait aussi parler au micro !!!! J'admire
Citer
#2 yoan 25-05-2015 17:33
Un bon moment de lecture avec ce récit au top. Bonne rencontre et bien content d'avoir partagé les 30 premiers kilomètres avec toi malgré les supporters acquis a ta cause ;). Quand tu veux pour une sortie vélo ou course a pied en commun :) (tu pourra demander mes coordonnées a JC ou daniel). Bonne prépa triathlon
Citer
#1 Z 25-05-2015 15:23
Le relais, c'est mieux à plusieurs! ça parait logique et c'est encore plus vrai après 25 bornes sans chrono ni classement. Retapes-toi vite Man, j'ai besoin de toi, autant en course qu'à l'entraînement. Comme d'hab, félicitation à Max pour cette belle 2° place. Bravo aussi à Andy pour sa perf acquise dans la douleur et pour les 10 bornes courues ensemble. Merci Max pour le dépannage vestimentaire et alimentaire à l'arrivée. Tu seras le bienvenue chez moi avec ta famille pour la bonne pitance, ou pour une petite session dans les bois de Pomeys, ou les deux.
Citer