Parménie

Rate this item
(0 votes)

2015parmenie
Parménie "the place to BE" 
 
L’année passée, sous un soleil doux et quasi estival, le trail à Parménie avait été le lieu d’un joli regroupement des membres du B2T, coureurs et supporters. Cette année, changement radical de décor. La pluie et le froid ont décidé de s’inviter le temps d’un week end sur les collines au-dessus de Tullins. Et pas l’ombre d’un cousin ni d’un oncle ou d’une tante dans le quartier. Comme la semaine précédente a été quand même très ensoleillée, avec Nath et Fantin on était bien décidé à aller courir. Fantin, sur le parcours des tout petits et Nath sur le 13km pour 600mD+ le samedi et moi sur le 37km et 1700mD+ le dimanche matin.

Situation le samedi 15h : la pluie tombe, Fantin nous fait clairement comprendre qu’il n’est que modérément motivé pour aller courir sous la pluie. On ne monte donc pas pour sa course.

Situation le samedi 16h : Nath prend ses baskets, son KWay, la clio et monte à Parménie, sous une belle pluie, pour aller faire son trail dont le départ est donné une heure plus tard. Je ne vous cache pas que je suis impressionné par cette motivation sans faille. C’est donc à 17h qu’elle s’élance non sans une petite appréhension pour un trail apocalyptique. La pluie redouble et les chemins sont gorgés de boue. A 17h30, alors qu’on est bien au chaud à la maison, on décide, avec les enfants, de monter encourager notre courageuse traileuse. On se place au col de Parménie, à 2km de l’arrivée, juste avant la terrible ascension finale. Emmitouflés dans nos vestes imperméables (mais sans l’appareil photo que j’ai lamentablement oublié), on voit passer de nombreux coureurs couverts de boue et complètement « rincés » physiquement. Je commence à me demander dans quel état on va la retrouver. Finalement on la voit déboucher du pré avec un grand sourire et une phrase peu prononcée par ses prédécesseurs : « C’est trop génial, je m’éclate ! » Véridique ! Les enfants l’encouragent bruyamment. On la laisse partir sur la fin du parcours et on reprend la voiture pour la rejoindre sur la ligne d’arrivée. Il ne pleut plus mais la luminosité est de plus en plus faible lorsqu’elle se présente sur l’aire d’arrivée transformée en une aire de boue où il est plus facile de glisser que courir. 1h42 et 122ème place sur 170 participants (21ème féminine/58 et 6ème V1F/19, histoire de mettre un peu plus de relief à sa perf, n’est-ce pas André ?). Et le tout avec le sourire. On lui a apporté des affaires sèches et chaudes. On ne traine pas trop pour redescendre car il fait maintenant nuit et vraiment pas chaud. Au cours de la soirée Nath m’explique les chemins boueux en dévers dans les bois, la course au milieu des rondins de bois, la partie finale, très raide et très boueuse, où une corde est installée pour aider à grimper. Il ne faut pas hésiter à mettre les mains et s’agripper aux racines pour ne pas glisser et reculer de quelques mètres… Tout ça ne me rassure pas vraiment, mais bon demain est un autre jour. Nath s’endort comme un bébé, finalement bien rincée elle aussi. Bravo à elle !

Un petit lien sur le site de l’épreuve pour vérifier, photo à l’appui (et à la pluie), des conditions de course : http://www.sacretrail.com/

Dimanche matin : C’est à mon tour de monter avec la clio et mes baskets. Le départ du 37km est donné à 7h30. Une course de 21km part à 9h. Je pense à bien m’échauffer car même s’il ne pleut pas, il fait assez froid. Je manque d’ailleurs de rater le départ, étant parti un peu loin pour me mettre en jambe. Bon au moins je suis bien chaud et je peux suivre le petit groupe de tête dans la première grande descente. Le parcours a peu changé par rapport à l’année dernière mais c’est surtout la fin qui est complètement différente puisqu’on gravit la colline sur le versant opposé et qu’on a le droit aussi à la corde. Nous sommes 5 à nous être détachés. Un coureur en tête prend un peu le large. Je reste avec les 3 autres. Les jambes semblent être dans un bon jour, donc je passe en tête du groupe et me mets à une allure qui me convient bien. Je constate que les autres ne suivent pas. Je suis maintenant solidement placé en seconde position, je me concentre sur les rubalises pour ne pas me tromper de chemin, je pense à bien manger et bien boire. L’ensemble du parcours est bien gras mais les zones de boue ne sont finalement pas si nombreuses. Au 2nd ravitaillement (km 20 environ) on me dit que j’ai 3min de retard sur le premier. Lorsque notre parcours rejoint celui de la course du 21km, je m’attends à me retrouver au milieu des autres concurrents. Ce qui ne m’enchante guère compte tenu de l’état des chemins. A ma grande surprise, il n’y a personne. Finalement un coureur me rattrape. Il s’agit du premier du 21km. Je reste avec lui le temps d’une montée, et je le laisse filer, son rythme étant un peu plus élevé. Au dernier ravitaillement, à 6km de l’arrivée, j’ai toujours 3min de retard sur le premier. Bon je dois maintenant assurer cette seconde place. Je me retourne parfois pour voir derrière moi mais personne ne pointe le bout de son nez, donc je continue sur ma lancée, en gardant le plus de rythme possible, on ne sait jamais ce qui peut se passer, devant comme derrière. C’est au tour du second et du troisième du 21km de me rattraper. Là aussi je laisse filer avec un peu plus de résistance tout de même On a rejoint le parcours que Nath a emprunté hier et effectivement, elle ne m’avait pas menti. C’est l’endroit le plus glissant du parcours. Il faut parfois faire preuve d’équilibrisme pour rester debout. Je dois m’en sortir plutôt bien puisqu’à 2km de l’arrivée, peu avant la partie très raide, j’aperçois le premier. Il n’a pas l’air super à l’aise sur le terrain patinoire. Je donne tout ce que j’ai pour le rattraper. J’arrive à sa hauteur au niveau de la corde. Il glisse souvent. De mon côté je m’accroche à tout ce que je peux pour avancer. J’aurai agrippé les racines avec les dents si cela avait été nécessaire. Je le double et prend rapidement quelques longueurs. Je profite de mon élan pour rattraper le 3ème du 21km, un peu à la peine sur cette fin de parcours. On sort du bois et la pente s’adoucit mais la boue est toujours là. Je cours aussi vite que possible (c’est-à-dire pas très vite quand même). La foulée est peu académique, les bras écartés pour garder, tant bien que mal, un équilibre incertain. La visibilité est assez limitée à cause du brouillard. J’entends les cloches des spectateurs à l’arrivée. Bientôt ils crient que le premier du 37km arrive. Et oui c’est moi. J’ai un peu du mal à le croire. Je franchi la ligne en 3h23 en 1ère position !! Inutile dans ces cas là de se demander combien je suis dans ma catégorie. On me félicite, ça fait bien plaisir. Il me manque quand même le B2T pour partager tous ces bons moments. Le temps d’aller se changer et d’appeler Nath, qui va me rejoindre, et il se met à neiger… on est vraiment loin des conditions de l’année dernière, où on avait tous pique-niqué en tee-shirt. Je prends le temps de discuter avec quelques coureurs, et notamment le second, un gars très sympa. Même dans le froid l’ambiance est très chaleureuse. Nath arrive avec les enfants. Anouk et Fantin semblent très fiers et ils ont hâte de me voir monter sur le numéro 1. La remise des prix se fera assez rapidement, heureusement. Malgré le froid et la neige qui tombe toujours, je me mets en tee shirt pour faire apparaitre le logo du B2T.

On ne tarde pas plus. Je propose d’aller fêter ça dans une pizzeria. Mais ce n’est pas facile à trouver à Tullins un dimanche. Finalement on rentre à la maison mais ce n’est que partie remise.

 

Commentaires  

#4 jipé 26-03-2015 23:31
Brouillard... Boue ... B2T... Tout est dit! La 'tribu' de Vourey survole Parménie! Chapeau! Même les bises font flic, flac, floc!
Citer
#3 z 26-03-2015 15:34
bravo!!! félicitations pour cette belle victoire dans des conditions farouches et pour avoir osé le t-shirt manches courtes sur la boite, B2t represent!!! Pour ma part, je ne serai pas finalement du voyage à Lons suite à obligations professionnelle s. Portez haut les couleurs et faites vous plaisir.
Citer
#2 Totole Jaja Fafa 26-03-2015 13:21
Bonsoir à tous et bonsoir Maxime ! Toutes nos félicitations pour cette victoire et pour ce récit , vécu de l'intérieur ! Si nous sommes nombreux à parcourir avec grand plaisir les trails d'ici et d'ailleurs, bien peu nombreux sont ceux qui sentiront le parfum de la victoire !!! Encore bravo aux trailers des conditions extrêmes ! A très bientôt entre Bresse et Jura. Bise à tous de nous trois Totole&Jaja&Fafa
Citer
#1 MaN 26-03-2015 11:21
Depuis le temps qu'on attendait cette première marche sur la boîte, c'est sur le lieu "sacré" de Tullins qu'elle sera advenue... ...à quelques jours maintenant de notre rassemblement de masse en Bresse, c'est de bonne augure ! En tout cas, chapeau bas, cousin, mes respects, plus que jamais! Pareil pour Nath, qui monte en puissance -en s'ébrouant dans la gadoue- de semaine en semaine !! #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1
Citer