St Héand, les 2 ans !

Rate this item
(1 Vote)

2015stheand
Sur les lieux de la genèse...
 
C'est vrai que faute de temps pour les organisateurs de mettre en place un grand rassemblement familial, le team Besace était quand même moins bien représenté que l'an dernier, où sa forte délégation avait été remarquée pour souffler sa première bougie.
Il n'empêche, St Héand, c'est un peu l'endroit où tout a commencé, et il y a du Besace et du sympathisant sur les lignes de départ…

Pour fêter les 2 ans, Max vient accompagné de Yoan, compagnon de course qui lui ravira la 3ème place au terme d'une belle course… Sympa le copain ;)
L'ami Z, qui n'en finit pas de progresser, termine à la 25ème position sur les 19km. Le travail paie!

Pour ma part, j'improvisai ma participation le matin même, refroidi ces derniers mois par le diagnostic de la blessure des coursières datant d'il y a …6 mois.
Je ne me rassure que modérément, franchissant certes la ligne d'arrivée, mais avec moins de plaisir que par le passé… il faut dire que l'automne est tellement beau qu'il en est caricatural : les sous-bois se teintent de couleurs fauves, et je soupçonne chaque feuille morte de receler quelque ornière piégeuse. Bref, les montées sont rudes et les descentes frileuses, ça n'aide pas pour faire un chrono.

C'est un joli coin, Saint Héand… A l'issue de ce joli parcours, je vois André & Danièle qui y vont de leur encouragements sympathiques…
On se croise tous un petit moment, il y a toujours une atmosphère très sympa sur cet évènement… entaché toutefois d'une bien triste actualité : brassards noirs et minute de silence ont aujourd'hui fait partie du briefing. Une (désagréable) sensation de déjà-vu.
A St Héand, c'est la vie, la nature et le partage qui l'emportent !
 
MaN
 


C'est en habitué que j'arrive dimanche matin à St Heand pour le traditionnel trail automnal où tout a commencé en 2013. Sauf que cette troisième édition se fait sans mon traditionnel compagnon d'échappée qui m'a lâchement abandonné sous prétexte d'une blessure bénigne (cheville séparée du reste de la jambe)…Bon tant pis, il faut y aller, on a 19 bornes à faire et un chrono à améliorer sur le même parcours que les années précédentes, avec quelques 360 participants au départ.
J'essaie de bien me positionner sur la ligne de départ, pour éviter d'être coincé dans le peloton  pour les premiers singles à la sortie du village. Mon voisin me rejoint et on discute jusqu'à l'émouvante minute de silence pour les victimes des attentats de l'avant veille. Les premiers kilomètres en descente sont avalés à une vitesse très élevée et je m'accroche pour garder le rythme dans un profil roulant jusqu'au septième kilomètre ou la montée sérieuse commence avec l'arrivée du soleil. Plus à l'aise dans ces montées peu techniques, je gagne quelques places avant que survienne vers le treizième kilomètre une énorme montée dont mes cuisses se souvenaient encore. Après avoir fait la jonction avec le parcours du 28, ça accélère sur les petites routes du plateau, avant une descente caillouteuse vers le plan d'eau et la traversée du village. Je double quelques concurrents pas au mieux (notamment le docteur "complice" de la blessure de Man), suis contraint de marcher dans la dernière côte brise pattes, et passe la ligne, content, à la 25° place dans un chrono de 1h32mn soit 15 minutes de mieux que la précédente édition. A raison de 15 minutes gagnées toutes les années, je peux prétendre l'année prochaine à la première place;)
Ne sachant pas qui du B2T participait à la course, je m'apprête à quitter les lieux après avoir échangé avec quelques connaissances du cru, lorsque je vois Man, qui malgré les injonctions dudit toubib, s'est aligné sur le 10 km, au nez à la barbe (!) de sa cheville en mousse. Nous croisons alors les parents de Max, Richard(membre occasionnel), puis Max qui bien qu'ayant amélioré son temps retrouve la 4°place derrière son acolyte Yoan. La petite photo de rigueur dans la boite, je décolle précipitamment pour honorer de ma présence une réunion de ma belle-famille ayant déjà commencé chez moi.

Après quelques doutes sur le maintien (et sur l'intérêt) de ce types de manifestations suite à des événements aussi incompréhensibles, on en repart réconforté et rassuré sur la nature humaine. Aller courir dans les bois et partager ça avec d'autres, c'est con mais ça fait du bien quand on a le moral dans les manchons!
 
Z

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir