Le Trail du Buis

Rate this item
(0 votes)
crossey2014
Un super trail à la Buisse... 

Une semaine après le joli trail des foulées de Crossey, les baskets étaient de nouveau de sortie dans la proche région avec le trail du Buis au village de La Buisse. C’est vraiment tout proche de chez nous si bien que le parcours emprunte des sentiers que je connais par cœur. Une certitude donc, je ne me tromperai pas de chemin ! c’est déjà ça. J’ai déjà fait cette course il y a 2 ans et j’ai pour objectif cette année de faire au moins aussi bien en terme de temps (1h48) et essayer de courir durant toute la montée avec parfois des passages très raides notamment sur la fin. Challenges pas facile à relever d’autant que j’ai passé la semaine la tête au-dessus du bol d’huile essentielle d’eucalyptus…

Comme on ne change pas une recette qui a bien fonctionné, je prends donc mon vélo pour me rendre au départ de la course. L’affluence est nettement plus importante que la semaine dernière et je me rends compte que plusieurs belles pointures régionales se sont déplacées. C’est bien car cette course est vraiment sympa et mérite d’être reconnue. Je retrouve là-bas mon pote RV ainsi qu’Olivier un autre gars du club de triathlon. Il y a aussi pleins de coureurs avec qui j’ai déjà échangé lors de précédentes courses et l’ambiance est vraiment très conviviale. Cela n’empêche pas pour autant la meute de partir « à fond les manettes ». 300 participants sur un parcours de 21km et 1100mD+. Le parcours est constitué d’une portion plate de 3km avant une longue montée de 6km qui nous amène à 900m d’altitude (en étant parti à 200m). un petit tour sur le plateau avec de courtes montées et descentes avant une belle dégringolade entrecoupée par des petites remontées un peu indigestes pour les cuissots.

Départ rapide donc. Je suis dans un groupe de 6 coureurs légèrement décroché par un groupe de 5 gazelles que nous n’arrivons pas à suivre. Le rythme est malgré tout très élevé et dès les premières pentes (plutôt raides), les jambes me rappellent que la semaine dernière je leur avais proposé un menu similaire. Je dois ralentir un peu l’allure et laisse partir 4 coureurs. J’arrive doucement à me mettre dans un rythme qui me va bien. Je suis seul mais je vois régulièrement le groupe de 4 pas très loin devant. A la fin de la montée (que j’ai réussi à gravir en courant…. YES!) je vois que je ne suis pas loin des 4. Je rattrape un coureur. Arrivé à sa hauteur je reconnais Denis Beaudoing, le vainqueur du Grand duc cet été. Ca me booste un peu. Je pense pouvoir faire la jonction avec les autres sur une partie légèrement montante mais il me manque un peu de jus. A l’amorce de la grande descente, j’essaye de mettre les gaz dans une descente que je connais bien, mais malgré ça, je ne me sens pas super à l’aise. Les coureurs devant prennent leurs distances et je finirai seul avec personne en vue, ni devant ni derrière. Je coupe la ligne d’arrivée en 9ème position et 1h51. Un peu déçu du chrono, mais sans « copain » pour se tirer la bourre, il est difficile de tenir un rythme très élevé. Je me souviens qu’il y a 2 ans je m’étais bien régalé à essayer de revenir sur un concurrent devant et éviter qu’un autre juste derrière me rattrape. Cette fois, l’effort était plus solitaire mais j’en ai aussi bien profité.

Le ravito d’arrivée n’est composé que de produits bio fournis par la biocoop. Pas de coca mais des bons sirops, des fruits secs, du fromage, etc… une bonne soupe et un verre de bière. Voilà qui encourage à rester un peu pour discuter avec les autres coureurs. Mais il est déjà temps de retrouver la petite famille partie sur des ateliers culturels à Grenoble. Fin d’une belle matinée d’octobre quasi estivale.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir