On Fay du vélo?

Rate this item
(1 Vote)
lefay2014
Le Grand Critérium « Le Fay – Saillenard – Le Fay »! 
(docu fiction par Clément)
 
Qui a dit que les Besace du Fay n’étaient pas des compétiteurs acharnés et des passionnés de l’effort de fond? Certainement pas les principaux intéressés!

Ceci dit, il faut bien reconnaitre que les bressans brillent par leur absence au sein des divers reports d’épreuves de la désormais célèbre Besace Trail Team ! (appelez-la « B2T » pour plus de simplicité…)

C’est donc bien évidemment dans un esprit typique de recherche de gloire et de dépassement de soi (et surtout des autres) que l’ensemble de la famille (cf photo) s’est présenté au départ de cette course, non point pédestre mais cycliste, qu’est le grand critérium « Le Fay – Saillenard – Le Fay », afin d’y élever bien haut les couleurs de la B2T. A ce titre, je choisis bien entendu de porter mon maillot récemment reçu frappé du majestueux logo de la team. J’espère lui faire honneur. Je constate ironiquement qu’il ne me boudine « presque » pas dans son XL fillette, et que dans le sport, on a quasiment la même notion de la taille que dans le rock ! (hum hum…)

Le critérium « Le Fay – Saillenard – Le Fay » est un parcours très technique, bien connu des sportifs de tout poil de l’est bourguignon. Sa grande boucle de 10 km ainsi que son dénivelé d’une bonne trentaine de mètres sont réputés pour avoir su mettre à genoux de nombreux présomptueux mal préparés et seuls les chercheurs de champignons connaisseurs et les promeneurs de chiens locaux s’y frottent. C’est donc après une préparation physique particulièrement rigoureuse de plusieurs jours à base de Bourgogne Passetoutgrain et de saucisses de Morteau que nous abordons cette course, anxieux et concentrés, mais réjouis par la perspective de recevoir notre dose quasi quotidienne d’endorphine. (Suite à une indisposition toute passagère et ne remettant pas en cause sa carrière internationale, Anatole ne prendra finalement pas part à la compétition. Il en effectuera toutefois le tracé dans son siège sur le vélo-balais conduit par Marc).

C’est quasiment aux aurores, inondés de rosé(e), c'est-à-dire juste après le gouter, vers 17 h que nous nous alignons sur la ligne de départ, le regard fier et le mollet leste, prêts à en découdre. Dans nos rangs figure notamment Fabien, membre actif de la B2T et stratège hors pair, dont il va falloir particulièrement se méfier.

Le top retenti alors que la tension est palpable, et les coureurs s’élancent.
Le premier tiers de la course est placé sous le signe de l’évaluation tactique avec beaucoup de calculs de part et d’autre. Peu d’erreurs stratégiques sont constatées, ce qui confirme déjà que nous sommes en présence d’un niveau exceptionnel pour de l’amateurisme. Les compétiteurs se toisent, s’observent et se jaugent. Chacun évalue le niveau des autres en se laissant régulièrement doubler exprès et en tentant de déconcentrer ses adversaires en abordant des sujets pointus tels que les différentes variétés de plantes, les destinations de vacances ou encore le repas du soir. Chacun trouve peu à peu ses jambes et c’est derrière des sourires hypocrites et des airs faussement détendus que la course se poursuit, dans une ambiance de combativité latente.

Le premier vrai pic d’intensité se présente avec l’ascension de la montée menant au lieu dit « Le Haut du Fay », qui ne porte pas ce nom sans raison. Ce mont, culminant à l’altitude vertigineuse de 220 m, domine le bourg et ses environs, offrant une vue magnifique mais cette dernière est cachée par des arbres centenaires, des troènes pour être précis. Son dénivelé très accentué lui a valu le surnom de « la pente de la mort(adelle) » et sa réputation s’étend jusqu’à Beaurepaire-en-Bresse. Mais grâce à leur préparation physique consciencieuse et à leur volonté mordante, aucun des compétiteurs ne se fait distancer et c’est quasiment sur une seule ligne que l’ensemble atteint le sommet, après un effort d’une bonne centaine de mètres, et même pas en danseuse !
Cela permet de décider unanimement de faire une pause de mi-parcours pour s’hydrater et profiter des bienfaits des paysages de Bresse, notamment devant les magnifiques murs en briques d’une maison abritant une miellerie…

La course peut reprendre par une petite descente dont le vent, accentué par la vitesse excessive, manque de faire envoler ma casquette. Le peloton reste toutefois groupé, boosté par le public, en l’occurrence Anatole, aranguant les coureurs par des clameurs du type « coucou Maman ! » ou bien sa variante « coucou Mamie ! ».

Une échappée se dessine aux abords du dernier tiers de la course quand, à l’entrée d’une ligne droite, Marc et Jean-Bapt, sentant les premières gouttes de pluie, décident d’accélérer, il y a du linge à rentrer. Le corps du peloton se constitue alors de Fabien et de Martine. Cette dernière, en effet, arrive à contenir les assauts tactiques du jeune impétueux grâce à toute son expérience de vieille brisquarde et des techniques maison comme la fameuse « tu pourrais rester derrière moi pour voir si ma roue n’est pas voilée ? ». Je suis quant à moi en arrière de la course avec Jacinthe, appliquant à ma manière le bon vieil adage « rien ne sert de courir, il faut partir à point » et lui tendant des pièges de calcul mental.

Cependant, dans un sursaut d’orgueil et voyant la tête de la course creuser l’écart, probablement galvanisé par la promesse d’une bonne bière en arrivant, je décide de donner tout ce qu’il me reste (c'est-à-dire beaucoup) afin de ne pas entacher l’honneur lié au fait de porter les couleurs de la B2T. Je profite donc du fait de bénéficier d’un vélo de course muni d’un dérailleur et je change stratégiquement de pignon pour, comme on dit dans le jargon, « aller plus vite » et « montrer qu’on en a sous la pédale ». Je délaisse donc par là-même Jacinthe qui, avec le stoïcisme qui la caractérise, décide de finir la course toute seule.

Je dépasse allègrement le peloton empêtré dans un mano-a-mano hyper technique (Martine : « t’es sûr ? Pourtant on dirait que mon frein frotte… ») pour tenter de rejoindre l’échappée. Je les atteints presque quand ils franchissent le petit chemin caillouteux de la maison, marquant de ce fait la fin de la course. Le chrono indique une durée flatteuse de 1 h et 12 minutes.

On peut parler ici sans rougir d’une course exemplaire pour tout le monde, avec de l’intensité, de la technique, des retournements de situation, et avant tout un magnifique dépassement de soi. A titre personnel, je suis content de m’être senti bien en jambes, la préparation a porté ses fruits et je décroche un podium, même si j’ai déclenché mon attaque probablement un peu tard.

Nous sommes en tout cas tous très fier de pouvoir, à notre tour, nourrir encore un peu plus la gloire qui accompagne la B2T et la passion du sport et de l’effort ! Une photo post-course l’atteste d’ailleurs !

Commentaires  

#6 Martine Joannin 11-09-2014 14:38
ah l'humour BESACE ! je me tors de rire en lisant leurs exploits. Ceci dit : voilà une équipe peut être à ma portée. je vois çà avec mon directeur sportif. Bon vent à tous
Citer
#5 Max 30-08-2014 17:47
ce récit, je ne me lasse pas de le lire et le relire. C'est EXCELLENT ! Bravo à toute la famille du Fay.
Citer
#4 Jipé 30-08-2014 16:14
Et dire que le Grand Prix Cycliste Pelaud est mort faute de participants! Je viens d'apprendre cette triste nouvelle via la presse locale... Que de regrets va avoir le comité organisateur de n'avoir point connu le Besace Cyclo Team du Fay! A elle seule cette équipe aurait quasi permis de rattraper le nombre d'inscrits de l'an dernier!!! et peut-être de sauver l'épreuve! Exit le Grand Prix, vive le Critérium qui le remplace avec un nouveau parcours sans aucun doute à la portée du Team du Fay! Surveillons bien les calendriers car les 2 épreuves (Le Fay - Saillenard & St Sym) sont très proches en dates! Pour la fête patronale 2015 nous serons donc le long des rues Pelaudes pour supporter la branche cycliste Bressane! En tous cas ces nouvelles bien hilarantes sont comme un baume appaisant sur la morosité météorologique et la déprime des actualités métropolitaines ou mondiales! Je copie volontiers ce bon Gérard Holtz et clame: Vive le sport du B2T!
Citer
#3 Fabien 30-08-2014 12:35
Quelle épreuve ! Bravo à tous les coureurs pour leur hargne, et leur amour du sport et de la ballade ! Bonne récup à tous
Citer
#2 Marie la patte folle 30-08-2014 09:25
Quelle santé !!!!
Citer
#1 Manu 30-08-2014 08:26
Passionnant ! Epique ! Rocambolesque ! :lol:
Citer