Trail des Coursières

Rate this item
(1 Vote)

 

coursieres
Les Coursières 2016 : un grand cru !
 
Bon, par quoi commencer...?
Pas facile de trouver l’introduction de ce récit. Il y a tellement de choses à dire. Cette journée du 7 mai 2016 a été très riche sur les aspects sportif et humain.

3ème édition de suite pour moi sur cette épreuve et comme les 2 fois précédentes c’est avec une énorme envie que je me suis présenté devant la Mairie de St Sym où était donné le départ cette année. Je m’échauffe dans ces ruelles, ces artères, ces parcs que j’ai arpentés à maintes reprises avec mes grands-parents étant petit. A cet instant là je ressens à quel point ce village est ancré dans mon cœur. Avant le départ, je vois mes cousins Bart et Simon avec Jade ainsi que tatan Martine dit la Gloune. Cousin Man est là aussi, les baskets aux pieds et le camelback sur le dos, prêt à vaincre le signe indien et enterrer définitivement les vieux mauvais souvenirs de l’année dernière (pour rappel, il avait réussi l’exploit de se mettre en vrac les deux chevilles, 500m après le départ et il avait continué comme ça durant 14km…). Il est engagé sur l’épreuve relais en duo avec Z… euh non, pardon, j’ai tellement l’habitude d’écrire ça… Car cette année le « quasi-cousin » Z s’aligne pour la première fois sur le parcours en solo. Il ne cesse de monter en distance. Ca sent la Saintélyon à la fin de l’année ! Bon alors il est en duo avec qui Man ?? (Fred, un collègue rencontré au TCML, ndlr)

Je retrouve aussi Tonton Vivi qui a accepté d’assurer mon assistance ravito à Lamure. On met en place une stratégie infaillible (et gardée secrète) pour gagner 21 secondes (au moins).

11h, c’est parti. Le peloton est composé de coureurs solo et relais. Ca risque donc de partir vite d’autant qu’on s’élance pour 2km de descente. En effet c’est assez rythmé mais pas non plus endiablé. Je reste dans le groupe de tête constitué de 4 coureurs relais et autant de coureurs solo. Dès la première montée un premier tri s’opère. Après la seconde puis la 3ème bosse, un peu plus longue, un relais a définitivement pris la poudre d’escampette tandis que je reste à une bonne allure avec un autre relais. Derrière le trou est fait. On double quelques coureurs engagés sur le 103km. Je les encourage car ils sont partis à 5h du mat’, ils ont plus de 50 bornes dans les pattes et paraissent un peu dépités de voir la différence de vitesse entre nous et eux. Les positions sont maintenant assez figées.

Les bénévoles aux vestes bleues m’encouragent chaleureusement. J’en reconnais une grande partie, c’est très sympathique. Le nouveau tronçon qui mène à Lamure est très sauvage et très ludique. Les jambes répondent bien aux sollicitations et même si je sens que je suis un petit peu élevé au niveau du rythme, je ne pose pas de question et je me régale. Arrivé au ravito de Lamure, Yves est présent pour échanger mes petits bidons d’eau. Changement express à en faire pâlir les pit-stops de Mac Laren ou Ferrari. S’en suit une longue montée puis une bascule sur le versant sud où il faut composer avec d’avantage de soleil et de vent. Malgré son profil descendant, cette partie me fait un peu mal. 2 relais me doublent. Je leur demande si les autres solo sont loin derrière. A priori, je n’ai pas trop de souci à me faire pour l’instant. Dans la longue montée avant Ste Catherine, je sens le moteur qui chauffe un peu. J’ai tout le temps soif, impossible de l’étancher. A Ste Catherine je passe la tête sous une fontaine et repars. J’essaye de manger un peu mais ça ne passe pas et les petits bouts de barre énergétique finissent instantanément sur le bas-côté. Je connais cette sensation. C’est clairement celle d’une mauvaise gestion de la chaleur. Bon il me reste quand même 16km à faire donc, il va falloir gérer. Heureusement que j’ai un peu d’avance.

Au sommet de la montée de St André la côte, j’ai l’immense bonheur de voir Nanou et JP. La bouteille d’eau fraiche sur la marmite me fait du bien aussi. A l’entame de la très belle ascension du signal, un relais me double et me dit que les poursuivants sont encore assez loin et pas bien en forme (non plus). Je fais donc la montée de façon très souple, je marche la plupart du temps afin de récupérer pour finir correctement les 10 derniers km que je connais par cœur. Sur l’ultime partie, j’essaye d’avoir un bon rythme. Je profite pleinement des derniers km, seul, personne devant, ni derrière. Un moment à soi, à la fois calme et bouillonnant de joie. Dernière portion de sentier sans bruit avant d’apercevoir au sommet de la petite montée, ma mère avec Fantin et Lison et aussi mon cousin « Bill » avec Sandra et leurs enfants : Premiers frissons ! J’entends au loin Alexandre le speaker. Greg, avec Robin dans la poussette, est sur le bord de la route. Une bonne tape dans la main de Man, virage à droite et voilà l’arche d’arrivée. Victoire ! Une fois passée, je tombe dans les bras d’Yves puis de Joëlle pour des embrassades pleines de joie partagée. C’est trop bon !

Petits commentaires à chaud avec Alexandre et je retrouve ensuite toute la tribu. Je m’allonge quand même 5minutes pour retrouver un peu mes esprits et prendre le temps de penser à Nath et Anouk qui sont restées à la maison, au calme, Anouk ayant un bras en écharpe suite à une fracture du coude.
Je n’arrive toujours pas à avaler quoi que ce soit et la vue de Man en train de s’enfiler le saucisse lentille du repas d’après course me fait presque tomber du banc sur lequel je suis assis. On passe un moment bien sympa avec la famille, les copains, des coureurs connus ou pas, les membres d’ATOS, etc… c’est toujours un moment que j’apprécie particulièrement.
Concernant Man, il a fait sa course, je crois qu’il s’est fait plaisir et que la distance du jour lui convenait parfaitement. Impeccable !
Après une bonne nuit, je remonte, accompagné de Fantin et Lison, pour la remise des récompenses. Man est là avec Alice, Z est aussi présent. Sa course s’est bien passée malgré un passage à vide à Ste Catherine (je sens qu’il est prêt…). Tous les bénévoles sont là pour profiter de ce moment qui clôt un super week end.
Bon j’ai bien conscience que le niveau de cette course est moins relevée que sa jumelle hivernale. Mais c’est toujours bon à prendre et c’est intéressant pour des coureurs de mon niveau de pouvoir se battre de temps en temps pour la gagne. Les bons les vrais étaient ailleurs, c’est bien ainsi.

Je profite de ce petit récit pour remercier Yves pour son assistance parfaite, Joëlle, JP et Nanou pour tous leurs encouragements. Les cousins (Bart, Bill & sandra, Simon & Jade), et la famille (Maman, Greg, Robin, Lison et Fantin) qui sont venus m’encourager mais aussi mon père, Nath et Anouk qui n’ont pas pu venir mais qui m’ont bien supporté. Petit clin d’œil également pour mon pote Yoan pour ses encouragements à distance et surtout les sorties natures faites ensemble, le TOP !

Merci à toute l’équipe d’ATOS pour leur générosité et leur sympathie et sur cette course un salut spécial à Georges et Erik qui m’ont encouragé avec tout l’enthousiasme qui les caractérise surtout sur la seconde partie du parcours, là où c’était vraiment nécessaire.

  

 

 

Commentaires  

#5 joannin martine 29-05-2016 08:01
Bravo MAXIME et félicitations pour ce festival BESACIER- Martine
Citer
#4 MaX 15-05-2016 15:13
Allez, l'année prochaine, tous les coureurs du B2T sur l'ultra pour aller faire la bise à Jipé et Nanou au ravito de Duerne.
Citer
#3 Jipé 14-05-2016 13:35
Après la "frustration" matinale sur notre ravito de Duerne où ne passaient pas "NOS" coureurs nous avons savouré le poste de signaleurs sous St André où comme le dit Max 'les marmites chauffaient'... bref moment de frais encouragements - grande première pour moi: un pit-stop, plein des fioles en courant!
Toujours cette ambiance particulière et bon esprit... et le B2T présent... bien présent!
IT WAS A GOOD PLACE TO BE !
des foulées de bises...
Citer
#2 Fabien 14-05-2016 11:31
Admirable ! Bravo à tous pour cette belle course, que ce soit côté athlètes ou côté staff !
D'ici, on a l'impression que la Coursière est une course pour les Besacier ;-).
A force de voir tout le monde se faire plaisir sur ce trail, je commence à m'interroger...? Un 15 km en Janvier...?
A très bientôt
Bise à tous
Jaja&fafa&totole&littlequeen
Citer
#1 MaN 13-05-2016 23:27
Quelle perf énorme et quelle belle victoire !
Temps printanier, nouveau tracé délectable, orga au top... et du Besacier au palmarès 2016 - enfin!
Chapeau bas, cousin !*

(*) formule devenue classique, je fais des copier-coller
Citer