Saint Genest Malifaux

Rate this item
(1 Vote)

 

stgenest
Saint Genest Malifaux : petits trails entre amis
 
Allez, on remet çà!
Les dimanches "running" dans le 42, vous l'aurez compris, commencent à devenir un genre d'habitude.
Sous l'impulsion motivante de Z, dont le niveau n'as cessé de grimper ces derniers mois (on peut même parler en années, maintenant, nos séances conjointes des débuts au Chatelard commencent à dater!), c'est à Saint Genest Malifaux, dans le "haut Pilat" que nous participons au trail éponyme.

On emmène avec nous l'ami Fred qui, bien qu'il ait chaussé ses pompes de sport (pour se remémorer les épiques confrontations basketteuses dans le Pilat?), n'est là qu'en accompagnateur avisé, en amoureux de la nature, en promeneur infatigable, en ascète sorti de son ermitage.
Les organisateurs auront eu fort à faire: nous nous engageons sur 25km annoncés boueux (à cause des intempéries récentes), mais des chantiers récents de débardage ont défiguré le tracé (qu'il aura fallu déblayer) autant que la forêt (qu'il faudrait replanter).
Une autre habitude se fait ressentir: la difficile cohabitation avec les chasseurs, dont les coups de feu retentiront à nos oreilles, de colline en colline. Z, qui a récemment essuyé, dans de telles conditions, une pluie de chevrotine, sait désormais qu'il court plus vite que les balles, mais ce n'est pas rassurant.

Au fil d'un sublime parcours, dont la topographie rappelle logiquement celui, voisin, de Marlhes, Z me grille rapidement la politesse et nous entamons les premiers kilomètres assez roulants, suivis de quelques "up & downs" qui nous font replonger vers le lit d'un ruisseau dans lequel il faudra à maintes reprises plonger les pieds. Quelques passages en varappe, aidés d'une corde, pour les passages les plus raides…

Après un tour du barrage, je finis mes 25km un peu fatigué. Il faut dire que la semaine, assez éprouvante, a failli avoir raison de ma santé.
Mes sinus et mes bronches ne valent pas mieux que ceux de Z : ce dernier, également diminué, finira quand même à la 31ème place. J'ai le plaisir de ne finir "qu'à 4 minutes", en 49ème place.

Je retrouve Stéphanie, déjà croisée à Marlhes, qui a terminé péniblement ses 25km, elle est déçue : habituée des podiums, elle dit avoir craqué en fin de parcours, cédant de nombreuses places. Elle reste quand même 3ème de sa catégorie V1F. En régionale de l'étape, elle escomptait mieux.

Egalement, au rang des belles rencontres : ma collègue Fanny, fraîchement arrivée de son premier trail, et légitimement satisfaite de son beau chrono, 7 km à 10km/h!
Elle aura représenté fièrement ses couleurs, celle du team "Terre De Mulet": en résumé, une bande de joyeux drilles qui, nuque postiche au vent (très eighties), courent sur les chemins sous des pseudos bizarres.
Je ne sais si sportivement, ils rivalisent avec TDR (Max, tu connaissais cet ersatz capillaire?), en tout cas ils sont pas les derniers niveau second degré!

Enfin, mention spéciale à notre accompagnateur Fred, avec son look de bûcheron ténébreux, qui, au milieu de la foule chamarée et suante, et dans les braillements de la sono, est capable de terminer de bouquiner les mémoires de Napoléon sans broncher (authentique, cf photo). Sans doute la perf du jour.
To be continued...

 

Commentaires  

#5 Max. 19-10-2016 20:38
te moque pas, c'est pas drôle, j'ai perdu mon costume de winny l'ourson.
Citer
#4 Z 19-10-2016 06:53
Comme dirait Omar: Ben alors Max, tu viens plus aux soirées?
Sinon content de retrouver enfin mon binôme sur une course et d'être accompagné par un team manager pour le moins atypique!
L'avantage, quand on est malade en course, c'est qu'on a tout le temps d'apprécier le paysage magnifique et le tracé tout en singles forestiers avec d'incessants changements de rythme.
To be continioude!!!
Citer
#3 Max. 17-10-2016 19:21
Ah ben voilà, tu as troqué la visière pour le buff hivernal. C'est bien, on voit mieux, on te reconnait plus facilement.
Pour Z, il faut arrêter de courir avec ton costume de Lapin rose que tu portes d'habitude le samedi soir dans tes soirées Playboy, ça excite (ou énerve, ça dépend) les chasseurs.
Citer
#2 Jipé 16-10-2016 20:41
Pas fan des productions dystopiques genre Mad Max j'aime bien régulièrement suivre les périples colorés et odorants (cuissots qui rougissent - sentiers qui sentent la noisette) des Man Max... ... je suis très admiratif de toutes ces performances, du mental qui les porte, de l'état d'esprit de ceux qui les réalisent. Les bravos sont ils suffisants? si oui, alors bravo!
pour Fred je crois avoir une explication plausible: le nez dans le bouquin il masque (à peine) sa frustration d'un ballon et d'un panneau de basket inaccessible...
des bises...
Citer
#1 Fanny 16-10-2016 17:18
Très bel article, quelle verve! Merci pour le chouette hommage à ma petite équipe, c'était un plaisir de te croiser là bas. En tout cas, ton petit écrit donne envie de te suivre à l'occasion, je vais me mettre au travail! C'était pourtant mal parti avec notre semaine "santé en carton" à demain au travail et à bientôt au détour d'une course!
Citer