Raidlight Festival

Rate this item
(2 votes)

 

chartreuseraidlight
L'appel de la montagne...

Week end de l’ascension, mui caliente, digne d’un mois de juillet. Elles sont là derrière la baie vitrée de la maison.
Chartreuse ou Vercors ? Vercors ou Chartreuse?
Je propose à plusieurs potes traileurs d’aller se faire des virées sur les sommets pour profiter des chemins aérés et aériens. Mais la proposition en last minute ne remporte pas un franc succès. Qu’à cela ne tienne, en plus des jolies rando prévues avec Nath et les enfants, je me laisse tenter par le festival du trail raidlight à St Pierre de chartreuse. Et comme souvent, lorsque le menu propose plusieurs plats, je jette mon dévolu sur le plus gros. Samedi 27 mai, 42km et 2500mD+ sont au programme. Pour ceux qui connaissent un peu la chartreuse le parcours est de toute beauté. Depuis St Pierre, Col des Ayes (sous la dent de Crolles), col du coq, plateau d’emeindras, habert de Chamechaude, ascension en aller retour de Chamechaude, col de porte, passage sous la pinéa, charmant som et redescente à St Pierre.

Le départ est donné tardivement à 9h. Avec la chaleur annoncée, un départ à la fraîche aurait presque été souhaité (on n’est jamais content…). Je suis accompagné par un pote-voisin Emmanuel (dit Manu), qui prépare le grand duc de chartreuse fin juin. Sur la start list, je découvre des noms connus et reconnus dans le monde du trail : Fabien Antolinos, Erik Clavery, Alexandre Daum, Antoine Guillon ou Christophe Lesaux, entre autres. C’est cool de participer à une course avec de tels coureurs. Seulement 15j après les coursières les jambes risquent d’être comme la température, c’est-à-dire pas très fraiches, mais bon l’idée (au départ) est avant tout de profiter d’un joli parcours pour s’amuser sur des profils plus montagneux.
Les 3 premiers cités ci-dessus prennent rapidement la tête. Je suis un peu en retrait et je me rends compte que derrière le trou est fait rapidement. Erik se détache et je garde en point de mire Fabien. Alexandre est intercalé entre les 2. Le balisage de cette course est assez aléatoire, avec quelques absences surprenantes qui mettent toujours un doute. Heureusement que j’avais lu le parcours et que je connais un peu le quartier.

L’ascension de Chamechaude est assez difficile, les cuisses commencent à donner quelques signes de fatigue, ce qui ne m’étonne pas plus que ça. Dans l’ascension le 5ème se rapproche en coupant allègrement les virages alors que l’organisation nous avait demandé de bien respecter la nature et de suivre les chemins et le balisage. C’est dommage, mais bon… chacun sa conscience. Il fera de même dans la descente si bien qu’il me rejoint et on arrive ensemble au ravitaillement du col de porte. Je m’attarde un peu moins que lui. La chaleur commence à tirer sur l’organisme. Un petit manque de lucidité et je ne vois pas une branche en bois qui déborde sur le chemin. Je la heurte assez violement au niveau du pectoral droit. Ca me coupe sèchement la respiration. Je dois m’arrêter quelques instants pour reprendre mes esprits, constater les plaies sur le pec et sur le biceps et me rendre compte que cela a éventré ma petite flasque souple quasi pleine placée sur la bride de mon sac à dos. Avec cette chaleur, perdre 1/2l d’eau n’est pas une bonne idée. J’arrive à transvaser l’eau dans une autre flasque et donc limiter les pertes. Je repars un peu soucieux car la douleur est vive. Je crains qu’une côte n’ai reçu un bon choc. Je finirai la course avec cette douleur sans que cela n’empire. Au passage sous le charmant Som, je rattrape Alexandre qui visiblement a les cuisses bien farcies. On s’encourage mutuellement et je ne traine pas trop car au détour d’un virage, j’ai vu que le 5ème revenait bien.

Je suis donc 3ème mais sous la menace de 2 coureurs à moins de 30s. Les jambes sont raides et il va falloir pourtant faire la longue descente le plus vite possible. Le début est assez technique mais je connais bien ce chemin, je pense que cela aide. Rapidement, je ne vois plus les 2 autres derrière. Je poursuis mon effort, la descente est interminable. Arrêt express au dernier ravito pour un verre de coca et surtout plonger la tête dans la fontaine. Dernière bosse pour remonter à St Pierre, c’est la fournaise. Je me retourne de temps en temps mais je ne vois personne. Ca sent bon le podium un peu inespéré. J’arrive dans le village où Nath et les enfants, accompagnés d’amis (Yann, Audrey et leurs 2 filles) m’attendent. Je fais les dernières centaines de mètres entouré de 5 petits coureurs en herbe et je franchis la ligne en 4h46.

Vite un coin d’ombre… j’éprouve le besoin de m’asseoir… puis de m’allonger… puis de fermer les yeux. La surchauffe se fait sentir. Heureusement que j’ai une femme en or, qui me verse délicatement de l’eau fraiche sur la tête. Ca me fait un bien fou et après 10min de léthargie, je retrouve un peu de peps. Avec Yann qui a couru la course de 12km le matin même on plonge les jambes dans la fontaine du village. Séance de cryothérapie efficace et pas chère !

Manu arrive environ 1h10 après à une belle 20ème place, bien rincé lui aussi.

A 16h, je me retrouve donc sur le 3ème marche du podium avec Erik Clavery (1er) champion du monde de trail en 2011 et vainqueur de la Saintélyon (entre autres…) et Fabien Antonlinos (2nd) également vainqueur de la Saintélyon et des templiers (la grande course et l’endurance trail) (entre autres aussi…). C’est un honneur d’être là. On prend le temps de papoter un peu et e se prosterner devant Laz. Et oui Monsieur Laz en personne, l’inventeur – organisateur de la course « la Barkley » aux USA. Il était présent pour une conférence dans le cadre de ce festival. Sacré Bonhomme !

Samedi soir, la température est encore un peu élevée donc Manu, Yann et leurs familles viennent à la maison pour se rafraichir avec quelques bières et bon repas. L’adage « après l’effort, le réconfort » est donc scrupuleusement respecté. C’est l’essentiel ! 

 

 

Read 774 times

Commentaires  

#1 Francois 03-09-2017 06:53
Je découvre vos exploits sportifs et vos récits de course très sympas, toujours dans l'esprit "Besace" ! Ca me rappelle de très bon souvenirs tout ça...
Bises à tous
"Franciscoune"
Citer