Violay, Tour Matagrin

Rate this item
(2 votes)

 

matagrin
Le Goupil de Matagrin

Dans une contrée lointaine c’est tel Ysengrin et son futé compère
Vers la Tour Matagrin, que deux amis allèrent courir par les chemins

Mais le trajet, hélas ! est par trop chaotique, et pour y parvenir, le passager fragile
En plus des faiblesses de ses pattes d’argile, voit son teint du Violay soudain virer au vert

Pour arriver à temps il faut courir sept lieues... Quand la route sinue et l’horizon vallonne, de son arpent acide et dans les hautes herbes
C’est au prix de bien peu florales gerbes, que le pauvre comparse le beau chemin jalonne
Il franchit bien penaud, et entre chien et loup la ligne salutaire, et fin de sa souffrance
Ereinté et fourbu, le pauvre hère à bout n’en finit pas, piteux, de rendre sa pitance
Quand le coureur, malade, se fait bien trop de bile, sur les sentiers il ne se ballade
Fi! Poussif, il tire le Goupil !

 

 

 

Read 799 times

Commentaires  

#2 jipé 30-06-2017 07:33
Après que ces chemins ne t'usent
Tu y croisas la muse
Pour ta ballade nous conter
Comme une gerbe bien liée...
Citer
#1 MaN 29-06-2017 19:51
B U R P !
Citer